image_pdfimage_print

Georges était une figure de tous les festivals de mots croisés (photo mairie de Poses)

La nouvelle est tombée. Brutalement. Georges Flambard est décédé ce 14 décembre après neuf semaines d’hospitalisation. On espérait le revoir, après son absence subite au Fabuleux cruciverbistes de Château-Thierry en octobre, alors qu’il était inscrit. Mais le mal cruel l’a finalement emporté.

Georges était un fidèle de mes grilles et rencontres de mots croisés, et cela depuis longtemps. En 1991, l’instit de Saint-Pierre-Église, qui avait fait participer sa classe au concours des écoles par fax un an auparavant, participait à son premier concours francophone dans la cité bourguignonne. En 2018, il était aux « Cruciverbistes en Seine » à Poses, pour ce qui aura été sa dernière sortie parmi ses amis amateurs de mot croisés. Entre ces deux dates,  de très nombreuses participations aux différentes joutes organisées dans toute la France :  dans les villes « En deux lettres » (Is, Aÿ et Eu) bien sûr, mais aussi aux Carroz, Vacqueyras, ou encore Château-Thierry. Et autant de succès ou places d’honneur, car l’enseignant savait se montrer un habile maître des colles, tant sur le papier que sur les tableaux.

Lecteur de la revue Eskimos depuis l’origine en 1992, il était devenu un adepte des Crucicrèmes, accompagnant chacun de ses réabonnements à ces grilles d’actualité d’un mot sympa, écrit sur un Post-it.

L’homme de la Manche aimait recevoir également ses amis de passage, devant un plateau de fruits de mer et leur faire découvrir son cher pays.

Ce beau joueur et ce parfait compagnon de route vont manquer. Aujourd’hui, nous sommes de tout cœur avec Annick, qui aimait le suivre au gré des manifestations de mots croisés.

Jean Rossat

Le maître d’école était aussi un maître des colles et des énigmes croisées (photo mairie de Poses)

2 Réponses à “Au revoir, Georges”

  1. ALAIN DEMERCASTEL dit :

    Jean,
    Je m’associe à ta tristesse et souhaite beaucoup de courage à ses proches. Un deuil est un passage qu’il est difficile de surmonter. Seul le temps ne fait qu’atténuer la cruelle morsure, mais la cicatrice reste à tout jamais.
    Toutes mes sincères condoléances à sa famille.
    Alain Demercastel

  2. martine LEGENDRE dit :

    oh quelle tristesse.
    Toutes nos condoléances à toute sa famille, nous pensons très fort à eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Reload Image