image_print
Les collégiens ont déjà le génie des mots croisés

Les collégiens ont déjà le génie des mots croisés

Avec votre serviteur J.R. en qualité de bâtisseur, le festival d’Is a obtenu un succès édifiant, dans tous les sens du qualificatif. Le samedi matin, le précurseur des résolutions collectives de mots croisés a permis aux voyageurs issois de prendre en marche le train de la grille  « duraille » annoncée au quai de la rue Gambetta. Dans le cadre de la fête commerciale du jour, les cruciverbistes ferrés et bien aiguillés ont accroché les mots, les uns à la suite des autres, jusqu’au terminus. Dans la cité réputée pour être un noeud ferroviaire (ce qu’elle n’est plus), les passagers ont su éviter quelques dangers : partager le compartiment du TUEUR ou encore se pencher par la fenêtre (en 4 mots — italiens — au 30 vertical).

Le samedi après-midi, dans la salle des Capucins rénovée, ce sont les collégiens qui ont lancé les compétitions. 64 élèves de 5e de 24 établissements, trois régions et cinq départements,  issus de la sélection, regroupés en 32 binômes ont planché aux tableaux sur le sujet des « Génies et découvreurs de l’Europe ». Des 16es de finale aux finales, les apprentis cruciverbistes ont donné un brillant aperçu de leur jeune savoir-faire, lors de parties spectaculaires à souhait pour l’important public présent. C’est une formation du collège Montchapet qui l’a finalement emporté sans jamais passer plus de 6 minutes et demie devant les grilles.

Du Pont-Neuf à la place Rouge

Dimanche, en ce même endroit culte du festival, ce sont les adeptes avertis d’Eskimos qui ont pris la suite. Lors du Grand Prix Open du matin, ceux-ci ont été invités à gravir la tour Eiffel à l’occasion des 125 ans de la grande « Dame de fer » parisienne, construite par l’architecte dijonnais et visitée par plus de 7 millions de personnes chaque année. L’après-midi, les œdipes ont participé aux tournois SOLO et DUO, dont la toile de fond était, dans le prolongement de l’épreuve sur tables, « les hommes des monuments » (les Monumentsmen pour reprendre le titre d’un film de l’année). Du Pont-Neuf à la place Rouge en passant par la chapelle Sixtine ou les pyramides du Yucatan, les artistes des mots ont apprécié cette visite guidée hautement définie. Sans surprise, Bernard Philippet de Polleur a réussi le doublé Grand Prix-Tournoi SOLO. Pierre Bernard de Paris et Jean-Claude Gouy du Puy-en-Velay ont obtenu les meilleurs rangs individuels hexagonaux respectifs, alors que la paire Georges Flambard-François Cathenod a gagné la joute par équipes.

Cette édition issoise 2014 a également valu par une mobilisation locale renouvelée, voire renforcée, et une ambiance entre les festivaliers à la hauteur. De quoi augurer de belles années futures.

le classement du Grand Prix

le palmarès des tournois

la mosaïque d’images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *