image_print
À la lueur de la lampe de poche de J.R., chaque cruciverbistes a apporté ses lumières

Une lampe de poche et chaque cruciverbistes a apporté ses lumières (ph.Castagnéra)

Jean Rossat était ce 7 mars 2014 un des invités de la Nuit de la Nuit à la médiathèque Castagnéra de Talence. De 20 h 30 jusqu’à l’heure du crime, le pionnier des manifestations de mots croisés a animé une série d’énigmes en lien avec le fil conducteur de cette soirée. L’auteur des Carroz a naturellement commencé par « Le show dans le froid » (où il était question de torches et de flambeaux), a poursuivi avec des « Pages de voyage » (les lits des wagons du train de nuit), une ronde hors des carrées (« Dormez braves gens ») pour finir en garde à vue (laquelle était censée « Faire la lumière« ), non sans un détour préalable au « Luna-park » (un problème coté en étoiles), une « Envolée du nid » (pour de chouettes noctambules) et vers d’autres lieux nocturnes.

Guidés pour le spectacle par la lampe de poche — et les éclairages — de l’auteur, les visiteurs du soir ont apporté leurs lumières pour percer ensemble les mystères des différentes grilles. Venus découvrir cette nouvelle façon collective de croiser les mots, ils ont trouvé au final cette idée des plus lumineuses. Cette animation de J.R., qui était une des multiples surprises promises, a été grandement remarqué dans la pénombre. L’organisation, le décor, l’ambiance générale et de drôles de grilles savamment revisitées par l’auteur pour la circonstance : tout était réuni, il est vrai, pour que ces premiers mots croisés publics à Talence connussent un succès total. Tout sauf, après l’extinction des feux, l’extinction de la voix pour le verbicruciste de Haute-Savoie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *