image_print
IS-2013-article

Sous les drapeaux de l’Europe, de jeunes cruciverbistes de niveau international au collège Paul-Fort

Au festival d’Is-sur-Tille dont il était à l’affiche ces 25 et 26 mai 2013, Jean Rossat n’a pas déçu ses fidèles, quelles qu’aient été les scènes où il s’est produit tout le week-end. Installé samedi matin au bout de la rue Gambetta, le pionnier des rencontres publiques a animé une séance de résolution collective pour les passants de la ville. Intitulée : « Un véritable jeu d’enfant », la grille de 600 cases du jour a vraiment bien plu, avec la bénédiction d’un Dieu du Ciel clément à l’approche de la mi-journée.

Revenu l’après-midi au collège Paul-Fort, où le festival a été transféré pour cause de rénovation de son lieu-culte de la salle des Capucins, J.R. a piloté la finale d’un passionnant tournoi des Collèges dont il a élaboré les 24 grilles autour du sujet : « Les pays de l’Union européenne ». Tenir en haleine 64 joueuses et joueurs, ainsi qu’un nombreux public de parents, camarades, « coachs » du monde éducatif et champion(ne)s aguerri(e)s venu(es) soutenir la relève, une demi-journée durant, est une performance. Mais une fois de plus, le sportif des mots haut-savoyard l’aura accomplie avec des créations adaptées autant aux compétiteurs qu’aux spectateurs. Sur le plan des résultats, pour la première fois depuis longtemps, c’est une équipe issoise qui a emporté la finale, de façon homérique, après que sa rivale dijonnaise a manqué sa tentative au 1 vertical : « DISCOPOLES » au lieu de « DISCOBOLES », dans un problème parlant de la Grèce .

Une 4e manche du francophone d’enfer

Dimanche, dans les mêmes lieux, l’auteur d’Eskimos était attendu par les cruciverbistes des joutes adultes. Le matin, à la suite des 3 réalisations de l’association À la croisée des mots, il a proposé une 4e grille du championnat francophone « d’enfer » intitulée « La francophonie en conclave », où le paradis aura été pavé de mauvaises intentions, comme l’espéraient  d’ailleurs les adeptes (anciens et nouveaux) les plus fervents. Présent pour tenir le chronomètre de l’épreuve, il a ensuite longuement échangé avec les concurrent(e)s, conformément à un rite qui est selon lui essentiel à un festival de mots-croisés. PAPARAZZO ou PAPARAZZI, PICCOLO ou PICCOLO ? C’est à cet endroit de l’énigme que s’est notamment joué le Grand Prix Eskimos et la qualification pour les tournois de Bourgogne. Un croisement crucial que l’expérimenté Rochechouartais Guy Bonnin, 0 faute en 42 min 33, aura négocié le mieux et le plus rapidement.

L’après-midi, le « sphinx » a soumis  huit grilles autour des « Dieux, mythes et mythologies modernes » aux œdipes retenus pour les tournois SOLO et DUO (faire la grille n°1). À l’issue de matchs spectaculaires et riches en rebondissements, Bernard Philippet a gagné le SOLO en battant en finale son compatriote belge Thierry Vanhoutte, et l’équipe Marie-France Modaine-Michèle Picot a emporté le DUO, après une victoire en finale contre la paire Pierre Bernard-Mylène Debière.

À l’heure des récompenses, l’homme des Carroz a salué les champions et le public. Ceint d’une écharpe rose et bleue, il a également manifesté son soutien de cœur pour une autre finale, sportive celle-là, programmée le vendredi suivant au Stade de France.

– le classement complet du tournoi des collèges.

le classement du championnat francophone.

– le classement du Grand Prix Eskimos et tournois de Bourgogne.

le mots-croisés en ligne « spécial Is ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *