image_print

Réflexion collective près du Magic Mirror

Jean Rossat  a voulu donner ses lettres de noblesse aux mots-croisés les 12 et 13 mai, lors de la troisième édition du Festival des Mots libres à Courbevoie. Entre les artistes des mots que sont les écrivains, les conteurs voire les slameurs, ou encore leurs joueurs (comme les amateurs de Scrabble ou de pendu), le verbicruciste de Haute-Savoie — précurseur des rencontres publiques en Cruciverbie francophone — a œuvré pour les grands et jeunes cruciverbistes. Aux premiers, il a proposé le samedi après-midi la résolution collective d’une grille de 600 cases, réalisée spécialement pour la circonstance et intitulée : « Détours dans Courbevoie ». Guidé par cet auteur venu d’ailleurs, le public courbevoisien toujours plus nombreux d’année en année au parc des Pléiades (comme s’il se passait le mot) s’est amusé à chercher aux croisements de grands noms (des arts, de l’économie ou de l’histoire) et quelques hauts faits ou ouvrages locaux. Les participants(e)s associé(e)s ont ainsi pu joindre l’utile (la révision de leur histoire) à l’agréable (la pratique commune et conviviale des mots-croisés) en disant librement leur mot, ce qui est bien le but de cet événement littéraire qui a trouvé son style et son audience.

Pour les adeptes en herbe (32 élèves de 5e des collèges de la cité sélectionnés lors d’un exercice sur papier dans les salles de classe), il a mis sur pied comme en 2011 à l’Ancienne Mairie, un tournoi sur tableaux. Suivie par les parents, camarades ou simplement les curieux, cette joute a donné lieu à des rencontres vivantes autant que riches en émotion. Les huit  grilles de la série consacrée aux « Métiers de la parole » ont toutes été résolues, à l’exception de celle des finales qui n’a été trouvée complètement que par les vainqueurs de la petite finale. La difficulté de celle-ci était au 1 horizontal. Le mot à trouver était : SLAMEUSES », en l’honneur de Grand Corps Malade qui est arrivé dans les lieux au moment de la remise des prix, avant de se produire plus tard sous le Magic Mirror, en conclusion de la manifestation.

Les mots-croisés appartiennent moins au royaume des jeux qu’à la république des lettres, pense l’auteur invité du Festival des Mots libres. Dans ce cas, Courbevoie en serait une autre belle capitale.

Voir la vidéo

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *