Festival de Poses : les femmes à la page !

Dominique Loyvet contre Renée Devos (1re lors de l’inscription et 3e du GP) : à qui le dernier mot ?

« Les femmes à la page et… à la une » : tel était le titre de la grille du Grand Prix Eskimos sur tables (notre photo) proposée par votre serviteur aux Cruciverbistes en Seine, dimanche 2 septembre à Poses. L’auteur d’Eskimos et les festivaliers de Normandie n’ont ainsi pas échappé  plus longtemps à l’ambiance actuelle — sans cesse renouvelée — de protestation féminine.

Une drôle d’énigme en vérité qui a permis à tous de bien s’éclater, mais pas au favori de s’imposer dans la salle Marcel-Niquet. Benard Philippet, de Polleur, s’est montré une fois encore le plus rapide, mais a chuté sur le nom d’une actrice italienne, sortie de l’ombre par une action d’éclat au dernier rendez-vous cinématographique cannois. C’est finalement l’Ardennais Xavier Chevalier qui a emporté la palme d’or avec un sans faute en 17 min 40.

Le concurrent de Belgique a cependant pris sa revanche dans le tournoi sur tableaux l’après-midi. Tour à tour vainqueur de Marie-Françoise Modaine (Avançon) puis  de Xavier Chevalier à l’issue de spectaculaires duels, il a battu le Marnais Cyrille Veltz en finale de la compétition « solo » principale. Alors que la victoire est revenue à Jean-Claude Driot dans la consolante individuelle

Parité mieux que respectée 

Si les lauréats ont été masculins  dans le « seul en Seine », la parité a été mieux que respectée dans le tournoi par équipes. La paire mixte constituée de Patricia Longree et Marc Cimpello a pris le dessus en finale « duo » sur le binôme Marie-Noëlle Kasperczyk—Georges Flambard. Dans la consolante en double, Chantal Baudot et Maryse Françon a vaincu Corinne Bertrand associée à Éric Lardeur.

Pilotée sur place par Martine et Jean-Pierre Legendre et leur association « les Amis de l’église de Saint-Quentin », cette seconde édition du rendez-vous posien — généreusement dotée par les partenaires — a bénéficié de parfaites conditions climatiques et donné lieu a d’autres excellents moments de convivialité. Le samedi après-midi, dans le cadre de la Foire à tout organisée au bord de l’eau, l’animation de J.R. a permis à un nombreux public de jouer pour le seul plaisir, autour d’une grande et de petites grilles de l’auteur haut-savoyard. Dimanche, participant(e)s et accompagnateurs (trices) ont partagé l’agape à l’Auberge du Halage voisine le midi, de même que le dernier verre de l’amitié offert par la municipalité en fin de journée.

De quoi donner envie de remettre ça en 2019 !

 

 




Pendant le Mondial, quels matchs à Château-Thierry !

Une atmosphère très chaude pour faire la révolution

Les Fabuleux cruciverbistes ont rivalisé avec les extraordinaires footballeurs ces 30 juin et 1er juillet 2018 à Château-Thierry.

Dès le samedi après-midi, dans la Grande-Rue, les antagonistes n’ont pas lâché le marquage. La diffusion de France-Argentine n’avait pas commencé à la terrasse de la brasserie voisine, que l’animation de mots croisés autour de La Fontaine à la Librairie des Fables avait trouvé son public, au point de perturber le supporteur en maillot bleu, venu demander au capitaine Démo de baisser le son à partir de 16 h. Finalement chacun a choisi son camp (ou pas) : celui de l’ancien footballeur J.R. ou celui des amateurs des tirs croisés de Mbappé. Pour un résultat nul final assez équitable.

Dimanche, à la salle municipale de la rue du Château, les joueuses et joueurs engagé(e)s dans la compétition se sont livré(e)s à des rencontres fort spectaculaires autour des grilles du verbicruciste forain. Lors du Grand Prix Eskimos Open sur tables du matin, ils ont planché sur une grille dont « le sujet, c'(était) « le roi » : une création ouverte et un peu people qui a permis à l’immense majorité de s’exprimer et de rendre une solution complète. Un concurrent venu pour la première fois, Bernard Langlois, aura vu dans ce thème princier matinal une certaine ironie du destin, lui qui du temps où il était journaliste à Antenne 2 avait eu quelques menus soucis pour sa présentation de la disparition de la princesse Grace de Monaco, dans un « royaume d’opérette » (voir la vidéo de l’INA).

Atmosphère chaleureuse

L’après-midi,  les spécialistes d’exquis mots sont passés aux tableaux pour disputer les tournois individuels et par équipes. Le matin, c’est la monarchie qui a régné. Après le buffet livré sur place, c’est la « révolution » qui lui a succédé comme thème générique des 16 énigmes créées pour la circonstance. Quels matchs là aussi : aussi riches en suspense et rebondissements qu’en Russie !

Si là-bas, avec le ballon rond, les démons bleus ont pris le dessus sur les Diables rouges, ici la Belgique l’a emporté et ce n’est pas un hasard… Le favori d’outre-Quiévrain Bernard Philippet a même réussi le doublé Grand Prix-Tournoi SOLO devançant deux fois le Ponot Jean-Claude Gouy. Dans la joute principale par équipes, la paire Cyrille Veltz—Christian Bottemer a gagné contre le duo  Denis Richard—Jean-Caude Driot. À noter les succès, dans les consolantes respectives, de Georges Flambard et de l’équipe Christian Boccon-Denis Louis.

Ce dimanche, entrecoupé par un buffet livré et partagé sur place, s’est déroulé dans une ambiance des plus conviviales. Certains ont même trouvé l’atmosphère intérieure particulièrement « chaleureuse en ce deuxième week-end de l’été !

• le palmarès du Grand Prix Eskimos Open : 2018.CT-grandprix:palmares

• les tableaux des tournois « solo », principal et consolante : 2018.CT-tab04 2018.CT-tab03

• les tableaux des tournois « duo », principal et consolante : 2018.CT-tab02 2018.CT-tab01

 




Sous les parapluies de Fismes

 

2017.fismes - 15

De nombreux cruciverbistes fismois sont venus dire leur(s) mot(s) à Jean Rossat

Sous les parapluies tricolores de la M.J.C., Jean Rossat, le pèlerin des mots croisés a animé le café « Lit-thé-raire », dimanche 14 mai 2017 à Fismes. Dans le cadre de la Fête du Livre de la cité marnaise, le verbicruciste de passage a proposé aux clients de l’intérieur de l’établissement, puis à ceux de la terrasse, de résoudre ensemble plusieurs grilles de 100 cases présentées sur des chevalets : de drôles d’énigmes issues de son répertoire, parlant de sujets variés. Avant midi, il a eu également l’heur de présenter d’autres grilles de même format : conçues celles-ci sur le thème particulier de la Résistance, histoire de coller à la toile de fond de cette biennale.

Qu’importe le flacon…

Tout l’après-midi, sous la tente qui lui était réservée, l’auteur forain a ensuite dirigé la résolution collective et conviviale de la grille géante « Au rayon parfumerie ». Qu’importe la pluie, pourvu que l’on ait un abri et… qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ! Pris en fragrant délit, de nombreux cruciverbistes sont venus dire leur(s) mot(s) dans une très belle atmosphère de complicité. Leur affluence n’a jamais faibli, à tel point que plusieurs séances ont pu se tenir à la suite.

Dans le même temps, c’est toute la Fête de l’allée Goscinny-Uderzo qui a battu son plein : les amateurs d’orthographe ont participé à une dictée, les bibliophiles rencontré les bouquinistes, les collectionneurs échangé des signets et les amoureux des belles lettres ont mis à l’œuvre le calligraphe. Enfin les liseurs patentés (et néanmoins tentés) ont investi le grand chapiteau où tous les auteurs, dont l’invité d’honneur Yves Duteil, ont dédicacé leurs derniers ouvrages.

C’était la cinquième venue à Fismes du montreur de mots croisés haut-savoyard en tournée. Parce que sa création est celle d’un artiste littéraire, il y a naturellement retrouvé toute sa place. Et son public.

voir l’album photo