Une édition 2016 pétillante à Château-Thierry

Le match en duo Monique Chasseigne — Marie-Paule Cierniak contre Patrica Longree — Sylvie Gony

Est-ce la proximité et la coïncidence du salon œnotouristique dans la même ville ? Le partenariat de vignerons du cru ? Toujours est-il que le millésime 2016 des Fabuleux Cruciverbistes à Château-Thierry s’est avéré des plus pétillants. Avec des convives de tous les terroirs (en attente des meilleures productions) qui ont paru se régaler.

La grille du Grand Prix Eskimos Open du dimanche matin était intitulée « Le bulletin météo d’aujourd’hui » : un sujet que les prévisionnistes de Cruciverbie n’avaient pas forcément prédit, mais des plus actuels, en ces temps de réchauffement planétaire, de catastrophes à répétition, et autres dérèglements sur lesquels les grands de ce monde se sont penchés à la COP 21. Malgré tous les nuages qui auraient pu assombrir l’horizon, les choses n’ont pas semblé si obscures à l’assemblée des concurrent(e)s réunie à la salle municipale de la rue du Château. L’air de rien, l’un des mystères (miss-terre ?) apparemment les plus difficiles à percer est venu de la définition du 1 vertical : « Elles ont des pépins, en cas de mauvais temps ». Finalement, fort peu n’y ont vu goutte et l’immense majorité a résolu la grille dans le délai imparti. Et c’est le favori Bernard Philippet qui l’a emporté avec un sans-faute en 14 min 08, mais les six poursuivants à 0 faute n’étaient pas si loin…

 

De haut vol, « dans l’air »

 

Dans le prolongement de l’épreuve sur tables, votre serviteur a situé les 16 énigmes des tournois de l’après-midi « Dans l’air », avec un certain souffle ma foi. Et sans parvenir à tempérer les ardeurs de ses invités. En solo ou en duo, dans les tournois principaux ou les consolantes, les cruciverbistes ont livré des parties de haut vol, toujours serrées et spectaculaires. En individuel, Bernard Philippet a réussi le doublé en gagné la finale belge du tournoi principal, cependant que Jean-Claude Gouy emportait la consolante. Par équipes, la paire Marie-Françoise Modaine et Jean-Baptiste Mignot a raflé le trophée majeure, alors le duo Christian Boccon-Cyrille Veltz se sont imposés dans la joute bis.

À relever qu’AIR est également une abréviation de l’agence immobilière qui a offert le séjour d’une semaine en janvier 2017 aux Carroz : prix que le tirage au sort a attribué à Patrice Driot de Château-Thierry.

Au-delà de la compétition, ces rencontres 2016, accueillies par la municipalité et une belle équipe de bénévoles, toujours soutenues également par des sponsors locaux ont valu par leur grande convivialité. À l’heure de la remise des prix, on a pu se réjouir que c’est bien l’esprit amical et sportif qui avait une nouvelle fois pétillé, à deux pas du salon « Champagne et vous ».

Et aussi :

• la solution de la grille d’inscription : 2016-ct-solution-inscription

• une grille du tournoi : 2016-ct-tour10grille

• le classement du Grand Prix Eskimos Open : 2016-ct-grandprixclassement

• le classement des tournois Solo et Duo : 2016-ct-tourclassement

l’album photo




23 octobre 2016 : la 4e des Fabuleux cruciverbistes !

2016-CT-ANNONCE-web-02

Comme en 2015, la salle de la rue du Château de Château-Thierry sera en ébullition

La 4e édition des Fabuleux cruciverbistes aura lieu le dimanche 23 octobre 2016 à Château-Thierry. Après une année « blanche », cette nouvelle devrait redonner quelques couleurs aux adeptes des rencontres de mots croisés, familiers des grilles et rendez-vous de Jean Rossat ou visiteurs de ce site et d’eskimos.fr.

Le programme de cette journée, accueillie par la cité de Jean de la Fontaine à la salle de la rue du Château, n’est pas encore précisément défini, mais il ressemblera comme deux gouttes d’eau à celui de l’an passé : Grand prix Eskimos open sur tables tôt le matin pendant 1 h 45 ; doubles tournois sur tableaux (individuel et par équipes, principal et consolante), l’après-midi. Comme chaque année, l’événement bénéficiera d’une belle dotation — très « champenoise » — et la convivialité sera de la partie, avec un repas sur place à la mi-journée pour les participant(e)s et personnes accompagnantes qui se seront inscrit(e)s.

Téléchargez l’encart d’inscription

Sur le plan pratique, les choses vont se dérouler de la manière suivante. Un encart Eskimos — comportant les présentation de l’événement, dotation, règlement des compétitions, grille d’inscription et bulletin-réponse — est à télécharger ci-dessous. Les cruciverbistes ont ensuite jusqu’au 4 octobre 2016 pour retourner leur bulletin-réponse (à la suite duquel, ils recevront une lettre d’invitation).

Une semaine aux Carroz en janvier à gagner !

Le programme, la dotation, les éventuels à-côtés de l’événement vont très rapidement être précisés et donner lieu à une information : tant sur ce blog que dans le numéro 79 de la revue Eskimos à sortir. D’ores et déjà cette bonne nouvelle : un séjour aux Carroz, en studio pour 3-4 personnes (en janvier 2017 : semaine du 7 au 14 ou du 14 au 21) vient s’ajouter à des récompenses déjà très riches. Tirage au sort du lot à Château-Thierry à la fin des concours, parmi tous les participants aux Grand Prix eskimos et tournois.

Puisqu’il suffit de s’inscrire, vous pouvez d’ores et déjà réserver la date et prendre les dispositions pour vos déplacement et séjour. L’occasion est belle n’est-ce pas de se retrouver dans un nouveau haut lieu de la « Cruciverbie ».

• l’encart d’inscription : 2016-ct-eskimos-b




Fabuleux cruciverbistes 2015 : ce que je veux dire…

Des grilles autour des fables, comme de juste à Château-Thierry

Des grilles autour des fables de La Fontaine, comme de juste à Château-Thierry

« Ces animaux qui nous représentent » pour la grille du Grand Prix du matin, « Les renards et les pigeons » pour la série de problèmes des tournois : le festival Les Fabuleux cruciverbistes 2015 s’est inspiré — comme les précédents — de l’œuvre de Jean de la Fontaine. Pourquoi ce choix ? D’abord parce qu’il apparaît comme évident dans cette nouvelle ville-hôte des « croiseurs de mots », où la vie culturelle et touristique tourne autour du plus illustre des siens, ce poète universel dont nous avons tous récité les fables à la communale et au collège.

Ensuite parce que le fabuliste du XVIIe siècle demeure très actuel, lui qui par la voix de nos amis les bêtes a dressé un portrait sans complaisance de la société et de l’homme de son temps : se plaçant aux côtés du faible contre le puissant (« le Pot de terre et le Pot de fer » était le titre du tournoi de 2014), du gentil contre le méchant, voire du naïf (l’Âne, la Cigogne, etc.) contre le rusé (personnifié souvent par le Renard).

Dans le titre de la première épreuve dominicale, le verbe « représenter » avait bien sûr un double sens : « Être l’incarnation, le type de quelque chose » (les animaux, ce sont nous) et « Avoir reçu mandat pour agir au nom de quelqu’un, d’un groupe » (comme les élus représentent les électeurs). Le premier sens c’est la fable, le second c’est l’actualité : que souhaiter de mieux pour réimprimer à Château-Thierry, la marque journalistique de mon travail de verbicruciste. « Les mots croisés appartiennent autant à la république des lettres qu’au royaume des jeux« , ai-je d’ailleurs déjà pu écrire ici ou là.

Énigme malicieuse

La clef de cette énigme finalement très politique du Grand Prix Eskimos Open est venue d’une autre source que La Fontaine, mais d’un de mes artistes favoris (Alain Souchon) qui en 2015, avec son pote compositeur de toujours (Laurent Voulzy), a créé un bijou d’album et à l’intérieur de celui-ci une métaphore animalière belle et signifiante.

En clair, l’——/–L– du 8 vertical de la grille qui « depuis les airs, voit ceux qui gouvernent » est bien celui de la chanson « qui regarde et voit Les monarques et leurs secrets Qui lancent dans les palais d’État Les ordonnances et les décrets » ou encore celui « Qui monte au ciel, qui plane et qui pique Au-dessus des royaumes et des républiques« . Et le bonheur a voulu que cet hôte de l’air coquin croisât cet autre animal volant qui -L——- (« la cigogne, pas la cigale »). À ne pas confondre bien entendu avec l’——/–R– coupant le chemin de celle qui -R—— !

… et tromperies malignes

Comme il était question de malice le matin, j’ai pensé rassembler la série des grilles des tournois de l’après-midi sous le thème « Des trompeurs et des trompés » : soit en interprétant des titres (à redécouvrir) du fabuliste « castel »*, soit en composant pour la circonstance quelques histoires croisées imaginaires.

Cette volonté délibérée d’inscrire une nouvelle fois le Festival picard dans les pas de La Fontaine comportait évidemment un inconvénient immédiat : celui de dérouter énormément les plus « zélés fans » de l’auteur des grilles et moins connaisseurs de l’auteur des fables (mais les grilles ont été dans l’ensemble résolument résolues). Il offrait cependant aussi un avantage à moyen terme : celui de compléter la contribution du verbicruciste à l’hommage rendu au fabuliste. Depuis trois ans que les Fabuleux cruciverbistes ont commencé, 40 grilles de 100 cases ont en effet été réalisées autour de La Fontaine (sans compter celles qui ont été imaginées pour la revue Eskimos). Il y aurait presque de quoi faire un joli petit livre, non ?

Jean Rossat

* Le terme « castel » est employé localement pour castelthéodoricien

• Le classement du Grand Prix des Fabuleux cruciverbistes 2015. Bernard Philippet emporte le magnum de Brut sélection de la maison PANNIER.

• Le palmarès des tournois des Fabuleux cruciverbistes 2015

l’album de photos des Fabuleux cruciverbistes 2015

les définitions de la grille d’inscription

• reportage dans autant-en-emporte-la-marne.fr  (page 10 de la version PDF)