Pendant le Mondial, quels matchs à Château-Thierry !

Une atmosphère très chaude pour faire la révolution

Les Fabuleux cruciverbistes ont rivalisé avec les extraordinaires footballeurs ces 30 juin et 1er juillet 2018 à Château-Thierry.

Dès le samedi après-midi, dans la Grande-Rue, les antagonistes n’ont pas lâché le marquage. La diffusion de France-Argentine n’avait pas commencé à la terrasse de la brasserie voisine, que l’animation de mots croisés autour de La Fontaine à la Librairie des Fables avait trouvé son public, au point de perturber le supporteur en maillot bleu, venu demander au capitaine Démo de baisser le son à partir de 16 h. Finalement chacun a choisi son camp (ou pas) : celui de l’ancien footballeur J.R. ou celui des amateurs des tirs croisés de Mbappé. Pour un résultat nul final assez équitable.

Dimanche, à la salle municipale de la rue du Château, les joueuses et joueurs engagé(e)s dans la compétition se sont livré(e)s à des rencontres fort spectaculaires autour des grilles du verbicruciste forain. Lors du Grand Prix Eskimos Open sur tables du matin, ils ont planché sur une grille dont « le sujet, c'(était) « le roi » : une création ouverte et un peu people qui a permis à l’immense majorité de s’exprimer et de rendre une solution complète. Un concurrent venu pour la première fois, Bernard Langlois, aura vu dans ce thème princier matinal une certaine ironie du destin, lui qui du temps où il était journaliste à Antenne 2 avait eu quelques menus soucis pour sa présentation de la disparition de la princesse Grace de Monaco, dans un « royaume d’opérette » (voir la vidéo de l’INA).

Atmosphère chaleureuse

L’après-midi,  les spécialistes d’exquis mots sont passés aux tableaux pour disputer les tournois individuels et par équipes. Le matin, c’est la monarchie qui a régné. Après le buffet livré sur place, c’est la « révolution » qui lui a succédé comme thème générique des 16 énigmes créées pour la circonstance. Quels matchs là aussi : aussi riches en suspense et rebondissements qu’en Russie !

Si là-bas, avec le ballon rond, les démons bleus ont pris le dessus sur les Diables rouges, ici la Belgique l’a emporté et ce n’est pas un hasard… Le favori d’outre-Quiévrain Bernard Philippet a même réussi le doublé Grand Prix-Tournoi SOLO devançant deux fois le Ponot Jean-Claude Gouy. Dans la joute principale par équipes, la paire Cyrille Veltz—Christian Bottemer a gagné contre le duo  Denis Richard—Jean-Caude Driot. À noter les succès, dans les consolantes respectives, de Georges Flambard et de l’équipe Christian Boccon-Denis Louis.

Ce dimanche, entrecoupé par un buffet livré et partagé sur place, s’est déroulé dans une ambiance des plus conviviales. Certains ont même trouvé l’atmosphère intérieure particulièrement « chaleureuse en ce deuxième week-end de l’été !

• le palmarès du Grand Prix Eskimos Open : 2018.CT-grandprix:palmares

• les tableaux des tournois « solo », principal et consolante : 2018.CT-tab04 2018.CT-tab03

• les tableaux des tournois « duo », principal et consolante : 2018.CT-tab02 2018.CT-tab01

 




Le Festival d’Is-sur-Tille 2017 en images

Le Festival d’Is-sur-Tille 2017 a connu un gros succès populaire et donné lieu à des parties spectaculaires. Voir les photos ci-dessous. Pour la soirée du samedi soir, aller sur le site d’Is-sur-Tille2017.is - 42017.is - 52017.is - 62017.is - 72017.is - 82017.is - 102017.is - 112017.is - 122017.is - 132017.is - 142017.is - 162017.is - 182017.is - 192017.is - 202017.is - 242017.is - 262017.is - 272017.is - 282017.is - 292017.is - 302017.is - 322017.is - 332017.is - 342017.is - 352017.is - 362017.is - 372017.is - 38

2017.is - 22017.is - 3

2017.is - 1

 




Éloge de la rapidité à Is-sur-Tille

2017.is - 33

Dominique Jacob et Daniel Cierniak : vainqueurs du tournoi DUO principal, au tableau.

Lors d’un festival d’Is 2017 placé sous le parrainage de Gaston, l’emblématique escargot de fer bourguignon, Jean Rossat a animé une grande grille intitulée « Éloge de la lenteur » pour les quelque cent convives de la soirée du samedi. Mais la célérité a également été récompensée lors des compétitions du samedi après-midi et du dimanche.

Aux tournois des collèges, qui a opposé 32 équipes d’élèves régionaux de 5e, c’est une paire issoise qui l’a emporté, profitant d’une faute de sa redoutable rivale de Châtillon-sur-Seine. Sur le sujet « Le progrès technique et la mécanisation en Europe », les protagonistes ont livré des parties spectaculaires devant un imposant parterre de parents, camarades, professeurs, tous aussi passionnés. La leçon de l’après-midi : l’erreur est humaine autant que la machine peut-être parfois inhumaine, comme l’indiquait d’ailleurs la grille de la finale conçue autour des « Temps modernes » de Charlie Chaplin.

La télé (couleur) et les chaînes

Au Grand Prix Eskimos Open du dimanche matin, c’est le Bruxellois André Counson qui a pris la première place avec un sans-faute en 24 min 27 devant la Marnaise Monique Chasseigne et la Côte-d’orienne Mireille Borecki : toutes deux à 0 faute également, respectivement en 33 min 47 et 59 min 46. La grille « La télé couleur a 50 ans » a permis à presque tous les concurrents de s’exprimer ;  31 sur les 34 présents ont ainsi rendu une solution complète. Il fallait juste repérer et déjouer les habituels dangers posés ici ou là : en particulier au croisement du 11 vertical et du 14 horizontal, où il ne fallait pas confondre un célèbre groupe musical apparu dans les années 50 avec un drôle de peuple apparu sur les petits écrans peu avant 1968, en un sens ; un champion sportif monté sur sa paire de planches avec un artiste de variétés qui formait un duo à succès à l’époque, dans l’autre sens…

Dans les tournois de Bourgogne du dimanche après-midi, le SOLO a vu la victoire du Ponot Jean-Claude Gouy dans le principal et de l’Ardennais Xavier Chevalier dans la consolante. Quant au DUO, il a couronné la paire Daniel Cierniak et Dominique Jacob dans les parties majeures et celle de Marie-Françoise Modaine-Bernard Monnet dans le « bis ». En toile de fond de cette demi-journée de clôture du festival : « Les chaînes et la liberté ». Les protagonistes se sont déchaînés. pas trop toutefois pour éviter les dérapages et les sorties de route.

Lenteur ou rapidité ? Telle était en effet bien la question de ce festival des cruciverbistes à Is-sur-Tille.