Définitions choisies

Au service d’une drôle d’histoire énigmatique

Concepteur de quelque 500 grilles par an pour les publications et les rencontres ou concours qu’il organise en France, cet auteur a rénové le genre des mots croisés dits «à thème» (expression qu’il réfute aujourd’hui), celui-ci supposant un univers dans lequel doit se situer l’énigme plutôt qu’une appellation à laquelle chaque mot doit systématiquement se rattacher (plus ou moins artificiellement d’ailleurs).

Quelques-unes de ses trouvailles préférées :
en 9 lettres et 2 mots : «Où des cruches et des potiches sont appelées à se casser» pour «LOFT STORY»
en 20 lettres et 3 mots : la définition «Activité d’Interflora» pour la solution «TRANSMISSION DE PENSÉE»
en 15 lettres et 3 mots : «Espèce de petit mal élevé» pour «VEAU AUX HORMONES»
en 15 lettres et 3 mots : «L’ancienne et la nouvelle économie» pour «MARCHÉS AUX PUCES»
en 4 lettres : «Pasteur protestant» pour «BOVÉ» (José)
en 12 lettres : «Souris d ’un amateur de mulot» pour «CHIRAQUIENNE»
en 11 lettres et 2 mots : «Tennisman spécialiste du rebond» pour «HENRI COCHET»

en 3 lettres : «clou qui s’enfonce dans le bois» pour «VTT»
en 10 lettres : «Préservatif de premier contact amoureux» pour «PARAFOUDRE»

etc.

Jean Rossat estime que les définitions ne sont pas le gage d’une grille réussie, comme des phrases choisies ne suffisent pas à faire un beau livre, ni une bande-annonce un grand film. En ce qu’il considère comme une œuvre littéraire («un petit polar en soi») autant qu’un jeu d’esprit, l’important est la construction de l’énigme, de l’histoire dans son ensemble.