La Chaise de la francophonie à Lyon

Sur les hauteurs de Lyon, un mots croisés sur une chaise assoit l’amitié franco-québécoise…

 

Soyez bien assis : les mots croisés ont trouvé une chaise comme nouveau support de diffusion. Les premiers du genre sont depuis août 2001, au «Jardin de Montréal », situé au Belvédère, place Abbé-Larue, dans le quartier Saint-Just-Saint-Irénée à Lyon. Offert par la cité du Québec à la capitale des Gaules, à l’occasion du 20e anniversaire des relations de «coopération et d’échanges» unissant les deux villes, cet espace public planté d’ifs a été ouvert aux œuvres de Michel Goulet, figure marquante de l’art québécois, soient : le portail et six «chaises-sculptures» dont une avec un mots croisés, érigée sur la pelouse centrale. Symbolisant le «croisement entre Montréal et Lyon», ce problème de 144 cases (12×12) dont on peut voir la solution inscrite en creux dans l’épais acier inoxydable, a été conçu conjointement par un verbicruciste canadien, Michel Hannequart et un auteur français, Jean Rossat of course. Il compte un maximum de mots liés aux deux villes concernées mais aussi de définitions humoristiques que le visiteur peut trouver sur ce site (téléchargez les définitions de la grille). Ainsi, cette chaise de la francophonie est une oeuvre qui tient vraiment debout !

Un mots-croisés sur une chaise inoxydable !

Un mots-croisés sur une chaise inoxydable !

Gravée dans le métal, la solution...

Gravée dans le métal, la solution…