image_print

Dans la revue Eskimos n°79, les cruciverbistes ont défini les mots BONHEUR et PRÉ, parallèlement à la grille « Candidats en campagne ». Et trouvé de belles choses, comme celles-ci :

• BONHEUR

« Un arc-en-ciel entre deux orages » (Corinne Bertrand, Corbas), « Dans le pré à vaches, si l’on marche du pied gauche » (Thierry Bruger, Hargeville), « Un petit qui a « supermarché » pour Leclerc » (Xavier Chevalier, Poix-Terron), « Sans mélange, c’est bien meilleur » (Michèle Villemin, Poissy), « Grand pied » (Marie-Paule Cierniak, Leforest), « À portée de mains, il faut savoir en trouver la clef » (Nadia Chasseigne, Voillecomte), « Avec un fer-à-cheval, c’est le pied » (Lionel Maurouard, Bec-De-Montagne), « Rosa en peinture » (André Counson, Bruxelles), « Celui du jour est pour les dames » (Jean-Claude Gouy, Le Puy), « Est félicité, avec plaisir bien sûr » (Cyrille Veltz, Fère-Champenoise), « On ne souhaiterait pas ça à son pire ennemi » (Bernard Philippet, Polleur).

• PRÉ

« Ceinture d’orée » (Corinne Bertrand), « Lit d’Io non cultivé » (Thierry Bruger) ou aussi « Lit d’Io » (Hervé Hardoüin), « La Faucheuse, puis les faucheuses y ont œuvré » (Xavier Chevalier), « Salé, par addition » (Michèle Villemin), « Vachement occupé » (Marie-Paule Cierniak), « Bienvenu avant la retraite » (Renée Devos, Nieppe), « Carré défendu » (André Counson), « Réservé quand il est carré » (Martine Besset, Soissons), « L’espace meuh-meuh » (Jean-Claude Gouy), « On y trouve de bons élèves parmi les estivants » (Cyrille Veltz), « Place au duel » (Jean-Claude Driot, Château-Thierry),  « C’est où le bonheur ? «  (Jean-Baptiste Mignot, Pel-et-Der), « Terre à Pie » (Bernard Philippet), « Uni le vert » (Jean-Pierre Cambien, Laon), « Vert chez un poète » (Christian Boccon, Usinens), « Peut se positionner devant une position » (Christian Botteler, Ostwald).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *