20, 21 et 22 mai 2016 : un festival (régional) à Is-sur-Tille

La salle des Capucins accueillera le tournoi de jeunes le samedi après-midi.

La salle des Capucins accueillera le tournoi de jeunes le samedi après-midi.

Le festival des mots-croisés 2016, dont je serai une nouvelle fois l’auteur, aura lieu les 20, 21 et 22 mai à la salle des Capucins à Is-sur-Tille. Et il sera exclusivement régional pour ce qui est des compétitions, suivant le souhait de l’association Is Mots-Croisés et de la ville. Le vendredi soir à partir de 19 h précises, se tiendra un tournoi par équipes pour adultes. Celui-ci, qui sera précédé d’une épreuve de qualification consistant à résoudre sur le papier une grille de 10 x 10 en un quart d’heure, sera ouvert aux cruciverbistes de Côte-d’Or et de plusieurs départements limitrophes. À noter qu’une consolante permettra à chaque personne de jouer au moins deux fois sur tableaux. Inscriptions sur place.

Le samedi 21 mai à 14 h, se déroulera le traditionnel tournoi des collèges qui opposera 32 équipes d’élèves de 5e de plusieurs départements et régions. Le soir, la salle sera reconfigurée pour accueillir un repas-mots croisés au cours duquel j’animerai la résolution collective et conviviale d’une grille de 600 cases. Quant à la journée du dimanche aux abords des Capucins, elle sera consacrée à divers jeux libres, parmi lesquels mes mots croisés auront bien sûr toute leur place.

Je me réjouis de cette nouvelle occasion qui m’est offerte de me produire dans la cité bourguignonne. Voire d’y créer des surprises ! Cochez bien ce week-end de mai sur votre agenda.

Jean Rossat

 




Eskimos n° 76 : les passeurs de belles idées

La grille d’inscription au festival Les Fabuleux cruciverbistes à Château-Thierry 2015 proposait de définir les mots PASSAGE et CONTROLE. Les candidats et candidates au déplacement dans la cité axonaise se sont avérés d’excellent(e)s passeurs(ses) de mots exquis. En témoignent ces quelques trouvailles choisies.

• PASSAGE

« Public ou privé, son emprunt offre souvent un grand intérêt » (Thierry Bruger, Hargeville), « Récompense de l’élève en un mot, ou la gourmande, en deux » (Cyrille Veltz, Fère-Champenoise), « (À l’entendre) Pas vraiment l’image que l’on s’en fait » (Michèle Villemin, Poissy), « Des clous » (Pierre Bernard, Paris), « En hiver, défilé en col blanc » (Monique Chasseigne, Plivot), « Traverse en un mot, a des travers en deux » (Corinne Bertrand, Corbas), « Sans témoin, on ne peut le réaliser sur la piste » (Daniel Cierniak, Leforest), « (Bref)Séjour de réfugié en un mot, risquant l’expulsion en deux » (Bernard Philippet, Polleur), « Ouverture en sol mineur » (Nadia Chasseigne, Voillecomte), « Chas, col, sas » (Renée Devos, Nieppe), « Espace protégé qui court les rues ! » (Marie-Françoise Modaine, Avançon), « Le dernier se fait sonner la cloche » (Patricia Longree, Polleur), « Pourtant piéton, il est au milieu de la rue » (Jean-Luc Pinai, Paris), « Pas vraiment une blague… à tabac » (Georges Flambard, Digosville), « Peu prisé quand il est à tabac » (Marc Cimpello, Quévreville-la-Poterie), « À tabac, il nuit à la santé » (Philippe Dhondt), « Permet d’arriver en première, sans rétrograder » (Xavier Chevalier, Poix-Terron), « Son droit peut permettre de tourner à gauche » (Marie-Noëlle Mauris, Le Trétien), « Dissipé en deux mots » (Jean Brisard, Les Rivières-Henruel), etc.

• CONTRÔLE

« Annule le résultat, s’il est positif » (T. Bruger), « Technique pour éviter de le perdre » (C. Veltz), « Raté, peut faire virer l’andouille » (M. Villemin), « Agent de maîtrise » (P.Bernard), « Crash (ou crache–test » (M. Chasseigne), « Où jacques chancellent » (C. Bertrand), « Obstacle avant le passage » (D. Cierniak), « Fait par la garde, je le garde » (R. Devos), « Qualité pour les produits » (Christian Boccon, Usinens), « Technique pour la sécurité » (Martine Besset, Soissons), « Tour de piste » (M. Cimpello), « Peut précéder un redressement même s’il peut paraître tordu » (X. Chevalier), « Mon anagramme dit ce que font les poussins » (Bernadette Clerc, Longeau), « Positif, plutôt négatif pour le sportif » (Claire Delahaye, Reims), « Routier qui conduit au radar » (P. Dhondt), « Certains le passent la tête dans le sac » (Christian Bottemer, Ostwald), etc.