image_print

Le verbicruciste haut-savoyard a été interrogé pour l’Express-L’Impartial en Suisse romande ce printemps, afin de donner son point de vue sur le métier et l’évolution du jeu. Le plus journaliste des auteurs de grilles affirme notamment « qu’il est important que les mots croisés disent quelque chose ». Il confie également « un faible pour Robert Scipion, qui m’a pas mal influencé », regrette qu’il devienne « de plus en plus difficile d’accorder de la place aux grilles d’auteur » ou encore que « les éditeurs choisissent de plus en plus des mots croisés tendance loisirs » et la facilité tende « à se généraliser ». En conclusion le précurseur en francophonie des rencontres publiques pour les cruciverbistes défend « l’idée d’un jeu libre auquel on peut réfléchir à plusieurs ».

En parallèle, l’article présente un florilège de définitions d’auteurs connus,  l’histoire du jeu de mots croisés et le portrait du verbicruciste revenu à son village natal d’Arthaz. Lire le détail de la page dans l’article ci-dessous.

Coupure de presse-Suisse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *