Fabuleux cruciverbistes 2015 : ce que je veux dire…

Des grilles autour des fables, comme de juste à Château-Thierry

Des grilles autour des fables de La Fontaine, comme de juste à Château-Thierry

« Ces animaux qui nous représentent » pour la grille du Grand Prix du matin, « Les renards et les pigeons » pour la série de problèmes des tournois : le festival Les Fabuleux cruciverbistes 2015 s’est inspiré — comme les précédents — de l’œuvre de Jean de la Fontaine. Pourquoi ce choix ? D’abord parce qu’il apparaît comme évident dans cette nouvelle ville-hôte des « croiseurs de mots », où la vie culturelle et touristique tourne autour du plus illustre des siens, ce poète universel dont nous avons tous récité les fables à la communale et au collège.

Ensuite parce que le fabuliste du XVIIe siècle demeure très actuel, lui qui par la voix de nos amis les bêtes a dressé un portrait sans complaisance de la société et de l’homme de son temps : se plaçant aux côtés du faible contre le puissant (« le Pot de terre et le Pot de fer » était le titre du tournoi de 2014), du gentil contre le méchant, voire du naïf (l’Âne, la Cigogne, etc.) contre le rusé (personnifié souvent par le Renard).

Dans le titre de la première épreuve dominicale, le verbe « représenter » avait bien sûr un double sens : « Être l’incarnation, le type de quelque chose » (les animaux, ce sont nous) et « Avoir reçu mandat pour agir au nom de quelqu’un, d’un groupe » (comme les élus représentent les électeurs). Le premier sens c’est la fable, le second c’est l’actualité : que souhaiter de mieux pour réimprimer à Château-Thierry, la marque journalistique de mon travail de verbicruciste. « Les mots croisés appartiennent autant à la république des lettres qu’au royaume des jeux« , ai-je d’ailleurs déjà pu écrire ici ou là.

Énigme malicieuse

La clef de cette énigme finalement très politique du Grand Prix Eskimos Open est venue d’une autre source que La Fontaine, mais d’un de mes artistes favoris (Alain Souchon) qui en 2015, avec son pote compositeur de toujours (Laurent Voulzy), a créé un bijou d’album et à l’intérieur de celui-ci une métaphore animalière belle et signifiante.

En clair, l’——/–L– du 8 vertical de la grille qui « depuis les airs, voit ceux qui gouvernent » est bien celui de la chanson « qui regarde et voit Les monarques et leurs secrets Qui lancent dans les palais d’État Les ordonnances et les décrets » ou encore celui « Qui monte au ciel, qui plane et qui pique Au-dessus des royaumes et des républiques« . Et le bonheur a voulu que cet hôte de l’air coquin croisât cet autre animal volant qui -L——- (« la cigogne, pas la cigale »). À ne pas confondre bien entendu avec l’——/–R– coupant le chemin de celle qui -R—— !

… et tromperies malignes

Comme il était question de malice le matin, j’ai pensé rassembler la série des grilles des tournois de l’après-midi sous le thème « Des trompeurs et des trompés » : soit en interprétant des titres (à redécouvrir) du fabuliste « castel »*, soit en composant pour la circonstance quelques histoires croisées imaginaires.

Cette volonté délibérée d’inscrire une nouvelle fois le Festival picard dans les pas de La Fontaine comportait évidemment un inconvénient immédiat : celui de dérouter énormément les plus « zélés fans » de l’auteur des grilles et moins connaisseurs de l’auteur des fables (mais les grilles ont été dans l’ensemble résolument résolues). Il offrait cependant aussi un avantage à moyen terme : celui de compléter la contribution du verbicruciste à l’hommage rendu au fabuliste. Depuis trois ans que les Fabuleux cruciverbistes ont commencé, 40 grilles de 100 cases ont en effet été réalisées autour de La Fontaine (sans compter celles qui ont été imaginées pour la revue Eskimos). Il y aurait presque de quoi faire un joli petit livre, non ?

Jean Rossat

* Le terme « castel » est employé localement pour castelthéodoricien

• Le classement du Grand Prix des Fabuleux cruciverbistes 2015. Bernard Philippet emporte le magnum de Brut sélection de la maison PANNIER.

• Le palmarès des tournois des Fabuleux cruciverbistes 2015

l’album de photos des Fabuleux cruciverbistes 2015

les définitions de la grille d’inscription

• reportage dans autant-en-emporte-la-marne.fr  (page 10 de la version PDF)




Fabuleux cruciverbistes 2015 : les photos

L’édition 2015 du festival Les Fabuleux cruciverbistes à Château-Thierry, autour de l’univers de Jean de La Fontaine, a connu un beau succès de participation (44 inscrits) et donné lieu à des joutes fort spectaculaires. Comme le confirme l’album de photos :Quart de finale solo entre Jean-Claude Gouy et Bernard Philippet : le grand gagnant du jourClaire Delahaye et Daniel Cierniak lors de la finaleRéflexion avec les animaux malins, comme le LYNX...

Odile Krug : lauréate de la consolante Duo avec Gérard Guérin

Philippe Dhondt : 5e du Grand Prix et gagnant de la consolante SoloThierry Vanhoutte : 3e du Grand Prix et finaliste de la consolanteMichel Vanobost, le dauphin du jour : 2e du Grand Prix et du tournoi principal SoloVue du match Bottemer-Royer contre Boccon-FerronJacques Jochem et Marie-François Modaine : 3es de la consolante DuoJean Brisard et Thierry Bruger : de concert pour des grilles de bonne compositionNadia Chasseigne : 7e du Grand Prix et 3e de la consolante SoloCorinne Bertrand et Georges Flambard : quarts-de-finalistes du tournoi principal par pairesJacques-Michel Royer, associé à Christian Bottemer, demi-finaliste du tournoi principal par équipesRenée Devos et Marie-Paule Cierniak : un duo nordiste qui a joué justeDes grilles autour des fables, comme de juste à Château-ThierryMartine Besset et Patricia Longree au tableau.Christian Boccon et Jean-Claude Ferron, finalistes du tournoi principal par équipesRenée Devos et Marie-Paule Cierniak 5e du tournoi principal par équipesMonique Chasseigne et Dominique Pichère, finalistes de la consolante par équipesClaire Delahaye et Daniel Cierniak, lauréats du tournoi par équipesDe la feuille au tableau, Gérard D'Hont et Michèle Villemin en actionMéditation devant une grille du tournoiHervé Hardoüin et Marie-Noëlle Mauris contre Gérard D'Hon et Michèle VilleminAvec Patricia Longree, Martine Besset a pris la 3e place du tournoi DuoLa Rémoise Odile Krung et le concurrent du pays Gérard GuérinDurant le tournoi DuoJean-Claude Driot, participant au concours et assistant à l'organisationPatrice Driot, meilleur représentant castel au Grand Prix (8e)Jacques Sévin : un local de l'étapeAu 1 vertical : "Font des mots croassés à Château-Thierry". Quelle est la solution ?

Une participation record à la salle du Château

 

 




J.R. : « Il est important que les grilles disent quelque chose »

Le verbicruciste haut-savoyard a été interrogé pour l’Express-L’Impartial en Suisse romande ce printemps, afin de donner son point de vue sur le métier et l’évolution du jeu. Le plus journaliste des auteurs de grilles affirme notamment « qu’il est important que les mots croisés disent quelque chose ». Il confie également « un faible pour Robert Scipion, qui m’a pas mal influencé », regrette qu’il devienne « de plus en plus difficile d’accorder de la place aux grilles d’auteur » ou encore que « les éditeurs choisissent de plus en plus des mots croisés tendance loisirs » et la facilité tende « à se généraliser ». En conclusion le précurseur en francophonie des rencontres publiques pour les cruciverbistes défend « l’idée d’un jeu libre auquel on peut réfléchir à plusieurs ».

En parallèle, l’article présente un florilège de définitions d’auteurs connus,  l’histoire du jeu de mots croisés et le portrait du verbicruciste revenu à son village natal d’Arthaz. Lire le détail de la page dans l’article ci-dessous.

Coupure de presse-Suisse