Eskimos n°74 : chercher des heures et puis la fatigue…

Le concours d’Eskimos n°74 invitait à trouver des définitions pour les mots HEURES et FATIGUE. En voici quelques-unes, montrant que l’imagination est au pouvoir chez les lectrices et lecteurs de la revue.

• HEURES :

« Elles se font longues à attendre, celles-là ! » (Jean-Claude Ferron, Roques) ; « Peuvent être belles d’onze, elles » (Corinne Bertrand, Corbas) ; « Chargées de pointe » (Daniel Cierniak, Leforest) ; « Sombres dans le malheur » (Marie-Paule Cierniak, Leforest) ; « Jeux d’aiguilles » (Philippe Dhondt, Flavigny) ; « Cinq pour papoter, onze pour claboter » (Pierre Bernard, Paris) ; « On en avale deux douzaines par jour » (Michèle Villemin) ; « Fixées par des aiguilles » (Bernard Chapays, Fleury) ; « 24 dans le 72, depuis 23 » (François Beaufeïst, Vic-sous-Thil).

• FATIGUE :

« Balance des salades » (J-C. Ferron) ; « Remue la romaine ou la frisée » (F. Beaufeïst) ; « En fait toute une salade » (Laurent Leshauris, Aubeville) ; « Mort vivant » (C. Bertrand), « Même un bon vivant peut en être mort » (Bernard Monnet, Fontaine-lès-Dijon) ; « Donne le las » (D. Cierniak) ; « Lasse et rend molasse, hélas ! » (M. Villemin) ; « Me lasse et me délace » (Simonne Connat, Chamvres) ; « A besoin de réparation » (Sylvie Gony, Marcilly-sur-Tille) ; « Plus elle augmente, plus elle diminue » (Thierry Bruger, Hargeville) ; « Recru des sens » (Hervé Hardouin, Antony) ; « Met le plus incroyant sur les genoux » (Jean-Caude Gouy, Le Puy-en-Velay) ; « La pêche est finie » (Vincent Lebrun, Lescaut) ; « Crise de l’énergie » (Anne-Marie Bergeret, Escoubès) ; « La bonne nous met en forme » (Christian Bottemer, Ostwald) ; « Baisse de l’intérêt » (B. Chapays) ; « On peut revivre après sa mort » (Jean-Claude Driot, Château-Thierry) ; « Épuise le sujet » (Marie-Jo Place, Ossen) ; « Serait-elle la cause de ce manque d’inspiration ? » (Guy Bonnin, Rochechouart) ; « Cas de force mineure » (Rudy Gailhanou, Ger) ; « Fait les poches » (Edith Sordet, Dijon) ; « Plate forme » (Bernard Arnautou, Pau) ; « Flagada tsoin-tsoin » (Francine Pichon, Antony) ; « Des sommes peuvent la compenser » (Jean-Philippe Beuzit, Morlaix).