Poses 2018 : le gendarme couché… sur le papier !

Pour la grille d’inscription au festival de Poses 2018 intitulée « À toute allure vers Poses », les cruciverbistes ont flashé pour les mots GENDARME et VITESSE. En voici quelques-unes prises par le radar :

 

• GENDARME

« Il donne des prunes à ceux qu’il cueille » (Renée Devos), « Peut arrêter l’alpiniste ou le monte-en-l’air » (Bernard Philippet), « Punaise, épingle ou agrafe » (Marc Cimpello), « Quel képi phénomène, ce Cruchot »  (Cyrille Veltz), « Veille à la bonne tenue de… route  (Pierre Bernard), « Il tient un polisson par la menotte » (Patricia Longer),  « Toujours en service, même quand il est couché » (Denis Louis), « Planqué près de la route, voire couché dessus » (Georges Flambard), « Il vous secoue quand il est couché » (Sylvie Gony), « Nous secoue couché » (Christian Boccon), « Couché ou debout, il fait ralentir » (Corinne Bertrand), « Se couche pour ralentir » (Philippe Lenglin), « Couché, il est nettement moins mobile » (Dominique Louvet), « Caché ou couché, il incite à lever le pied » (Marie-Françoise Modaine), « Moins dangereux couché que debout » (Jean-Claude Gouy), « Couché, il subit la loi des automobilistes » (Xavier Chevalier), « Debout, peut faire sauter des points. Couché, gare à la caisse ! » (Michael Cannon), « Sa tactique relax : resté couché » (Marie-Noëlle Kasperczyk), « Nuit à la pureté d’une eau » (Patrick Vigoureux), « Il a la tagada tactique » (Jean-Pierre Legendre), « Saur, il nous régale à St-Trop » (Martine Legendre), « Selon la chanson, ses collègues partagent son hilarité sur leur lieu de travail » (Jean Brisard), « Fumé d’un bout à l’autre » (Lionel Vacossin), « Brève sur grand écran, parfois prolongée sur le petit » (Pierre Bernard), « On y siffle pendant et après » (Thierry Bruger), etc.

• VITESSE

« Diligence parfois liée à des chevaux » (B. Philippet), « Lemaitre en est un maître » (R. Devos), « Dénoncée par le mouchard » (M. Cimpello), « Erre d’île en île » (C. Veltz), « C’est dans la boîte » (P. Bernard), « Sa boîte ne manque pas de rapport » (S. Gony), « Joue aux courses » (P. Longree), « Activité de pointe » (C. Bertrand), « La réduire, c’est changer de régime » (Lionel Maurouard), « Nœuds marins » (D. Loyvet)), « Peu apprécié pour un Trésor » (Sylvie Gony), « Son changement, c’est maintenant »  (J-C. Gouy), « On fasse pour elle »  (J-C. Driot), « ses excès sont parfois suivis d’une récupération » (D. Louis), « Très soutenue, à Arnhem, pour rester en 1re » (M. Cannon), « Rythme des croisières » (J-P. Legendre), « Non maîtrisée, elle nous mène dans le mur » (M-N. Kasperczyk), etc.




Cruciverbistes en Seine 2018 : la mosaïque

Créativité et convivialité ont été au rendez-vous du festival Les Cruciverbistes en Seine à Poses en 2018.  Lire le reportage et parcourir le mur d’images ci-dessous :

 

 

 

 

 

 




Festival de Poses : les femmes à la page !

Dominique Loyvet contre Renée Devos (1re lors de l’inscription et 3e du GP) : à qui le dernier mot ?

« Les femmes à la page et… à la une » : tel était le titre de la grille du Grand Prix Eskimos sur tables (notre photo) proposée par votre serviteur aux Cruciverbistes en Seine, dimanche 2 septembre à Poses. L’auteur d’Eskimos et les festivaliers de Normandie n’ont ainsi pas échappé  plus longtemps à l’ambiance actuelle — sans cesse renouvelée — de protestation féminine.

Une drôle d’énigme en vérité qui a permis à tous de bien s’éclater, mais pas au favori de s’imposer dans la salle Marcel-Niquet. Benard Philippet, de Polleur, s’est montré une fois encore le plus rapide, mais a chuté sur le nom d’une actrice italienne, sortie de l’ombre par une action d’éclat au dernier rendez-vous cinématographique cannois. C’est finalement l’Ardennais Xavier Chevalier qui a emporté la palme d’or avec un sans faute en 17 min 40.

Le concurrent de Belgique a cependant pris sa revanche dans le tournoi sur tableaux l’après-midi. Tour à tour vainqueur de Marie-Françoise Modaine (Avançon) puis  de Xavier Chevalier à l’issue de spectaculaires duels, il a battu le Marnais Cyrille Veltz en finale de la compétition « solo » principale. Alors que la victoire est revenue à Jean-Claude Driot dans la consolante individuelle

Parité mieux que respectée 

Si les lauréats ont été masculins  dans le « seul en Seine », la parité a été mieux que respectée dans le tournoi par équipes. La paire mixte constituée de Patricia Longree et Marc Cimpello a pris le dessus en finale « duo » sur le binôme Marie-Noëlle Kasperczyk—Georges Flambard. Dans la consolante en double, Chantal Baudot et Maryse Françon a vaincu Corinne Bertrand associée à Éric Lardeur.

Pilotée sur place par Martine et Jean-Pierre Legendre et leur association « les Amis de l’église de Saint-Quentin », cette seconde édition du rendez-vous posien — généreusement dotée par les partenaires — a bénéficié de parfaites conditions climatiques et donné lieu a d’autres excellents moments de convivialité. Le samedi après-midi, dans le cadre de la Foire à tout organisée au bord de l’eau, l’animation de J.R. a permis à un nombreux public de jouer pour le seul plaisir, autour d’une grande et de petites grilles de l’auteur haut-savoyard. Dimanche, participant(e)s et accompagnateurs (trices) ont partagé l’agape à l’Auberge du Halage voisine le midi, de même que le dernier verre de l’amitié offert par la municipalité en fin de journée.

De quoi donner envie de remettre ça en 2019 !