21 et 22 juin : J.R. et les Courbevoisiens ont croisé Louis de Funès

COURBEVOIE-06

Au parc des Pléiades, de nombreux cruciverbistes « en herbe » sont venus croiser les mots avec Louis de Funès.

En ces belles journées des 21 et 22 juin 2014,  J.R. a fait un retour remarqué au Festival des mots libres de Courbevoie. Lors de la 5e édition de ce jeune rendez-vous populaire et culturel dédié aux mots dans tous leurs modes d’expression, lui le plus artiste sans doute des verbicrucistes actuels, a même créé une sorte d’événement dans l’événement : la première résolution collective d’une grille inédite de 600 cases « spéciale Louis de Funès », à l’occasion du centenaire de la naissance du comédien dans la ville des Hauts-de-Seine.

Durant deux jours, durant les « chaleureuses » séances de 15 h 30,  le public du parc des Pléiades a pu redécouvrir aux croisements de cette œuvre nouvelle,  la vie et la filmographie de son illustre compatriote : des films et scènes cultes, d’autres moins, révélées par la haute définition. Du Gendarme au Corniaud, en passant par Fantomas, la Folie des grandeurs (« Monseignor, il est l’or »), les Aventures de Rabbi Jacob, voire la « fourbe voie » de Scapin, les cruciverbistes en herbe (au sens propre de l’expression) qui connaissent bien leurs classiques, sont venus très nombreux participer et ajouter leur(s) pierre(s) à l’édifice, en compagnie du maître d’œuvre. Ce constat a valu pour les deux séances : celle du dimanche comme celle du samedi.

L’artiste d’un genre littéraire

Outre cette gigantesque énigme, l’auteur a présenté à nouveau, samedi et dimanche en fin de matinée, la grande grille « Détours à Courbevoie » (réalisée il y a deux ans), et présentée à nouveau à l’attention de ceux qui auraient alors manqué sa sortie. Il a clos chacune de ses représentations par des séances plus intimes, mais tout aussi intéressantes et conviviales, autour de problèmes de 100 cases proposés sur tableaux et chevalets. Ardent défenseur de la thèse selon laquelle les mots croisés sont un genre littéraire, autant sinon plus qu’un jeu, l’auteur carrozien espère en avoir fait une nouvelle fois la démonstration en 2014 à Courbevoie.

Tout autour, les visiteurs ont pu s’adonner à d’autres divertissements : l’invention d’un conte, le jeu de l’oie grandeur nature, la Dictée, la Battle des mots libres, le Pendu, la Bibliothèque idéale (où chacun a pu ajouter son livre préféré), l’Arbre à mots, etc. Ils ont pu également rencontrer de grands auteurs tels que Jean d’Ormesson ou Daniel Picouly, voire applaudir le spectacle de clôture de François-Xavier Demaison sous le Magic Mirror.

À Courbevoie, les mots sont en liberté. Un statut qui convient chaque année un peu mieux au verbicruciste itinérant, descendu de sa montagne.

– voir le reportage vidéo sur le 5e Festival des mots libres (site de la ville de Courbevoie).

Dans le magazine du Festival, "le Penseur" de Rossat...

Dans le magazine du Festival, « le Penseur » de Rossat…




21 et 22 juin 2014 : J.R. croise de Funès à Courbevoie

Le public courbevoisien lors d'une séance de résolution, au parc des Pléiades, en 2012

Le public courbevoisien lors d’une séance de résolution, au parc des Pléiades, en 2012

Après avoir manqué l’édition de 2013 à cause d’une coïncidence de calendrier, J.R. est réinvité au Festival des mots libres de Courbevoie, ces samedi 21 et dimanche 22 juin. Au parc des Pléiades, où il était apparu pour la première fois en 2010, l’auteur d’Eskimos et créateur des rencontres publiques de mots croisés va animer matins et après-midis des résolutions collectives de grilles de 600 et 100 cases pour tous les publics. L’un des clous du week-end sera la première résolution publique d’une énigme géante inédite autour de Louis de Funés, natif de la ville en 1914, il y a 100 ans de cela.Samedi comme dimanche, les séances de mots croisés collectifs sont ainsi programmées : grille géante à 11 h et 15 h 30, grilles de 100 cases à 17 h 30. Le verbicruciste carrozien mettra également à disposition en continu, nombre de ses grilles sur papier, dans l’alcôve de l’ancienne mairie.

Daniel Picouly et François-Xavier Demaison

au Magic Mirror

En-dehors des mots croisés, cette 5e édition de l’événement culturel altoséquanais proposera de multiples et passionnants rendez-vous. Côté animations, le visiteur notera sur son agenda : l’Heure du conte, la Bibliothèque éphémère, le Pendu, l’Arbre à mots, le Dicomaton ou encore le Speed booking (5 minutes pour convaincre ou être convaincu d’ouvrir un livre), etc. Côté spectacles, il pourra assister à diverses représentations au splendide Magic Mirror : une lecture de Daniel Picouly «Moi, Jean Jules Joseph», «La Conversation» (celle de Bonaparte et Cambaceres) et le quintette vocal Menilmontant, le samedi : respectivement à 14 h, 17 h 30 et 20 h 30 ; et le one-man-show de François-Xavier Demaison, dimanche à 18 h 30, en clôture du festival. Coluche aurait aimé !

• Le site du Festival des Mots libres 2014




Sur le droit chemin à Courbevoie

Réflexion collective près du Magic Mirror

Jean Rossat  a voulu donner ses lettres de noblesse aux mots-croisés les 12 et 13 mai, lors de la troisième édition du Festival des Mots libres à Courbevoie. Entre les artistes des mots que sont les écrivains, les conteurs voire les slameurs, ou encore leurs joueurs (comme les amateurs de Scrabble ou de pendu), le verbicruciste de Haute-Savoie — précurseur des rencontres publiques en Cruciverbie francophone — a œuvré pour les grands et jeunes cruciverbistes. Aux premiers, il a proposé le samedi après-midi la résolution collective d’une grille de 600 cases, réalisée spécialement pour la circonstance et intitulée : « Détours dans Courbevoie ». Guidé par cet auteur venu d’ailleurs, le public courbevoisien toujours plus nombreux d’année en année au parc des Pléiades (comme s’il se passait le mot) s’est amusé à chercher aux croisements de grands noms (des arts, de l’économie ou de l’histoire) et quelques hauts faits ou ouvrages locaux. Les participants(e)s associé(e)s ont ainsi pu joindre l’utile (la révision de leur histoire) à l’agréable (la pratique commune et conviviale des mots-croisés) en disant librement leur mot, ce qui est bien le but de cet événement littéraire qui a trouvé son style et son audience.

Pour les adeptes en herbe (32 élèves de 5e des collèges de la cité sélectionnés lors d’un exercice sur papier dans les salles de classe), il a mis sur pied comme en 2011 à l’Ancienne Mairie, un tournoi sur tableaux. Suivie par les parents, camarades ou simplement les curieux, cette joute a donné lieu à des rencontres vivantes autant que riches en émotion. Les huit  grilles de la série consacrée aux « Métiers de la parole » ont toutes été résolues, à l’exception de celle des finales qui n’a été trouvée complètement que par les vainqueurs de la petite finale. La difficulté de celle-ci était au 1 horizontal. Le mot à trouver était : SLAMEUSES », en l’honneur de Grand Corps Malade qui est arrivé dans les lieux au moment de la remise des prix, avant de se produire plus tard sous le Magic Mirror, en conclusion de la manifestation.

Les mots-croisés appartiennent moins au royaume des jeux qu’à la république des lettres, pense l’auteur invité du Festival des Mots libres. Dans ce cas, Courbevoie en serait une autre belle capitale.

Voir la vidéo