Le salon où l’on croise, à Cannes

Remue-méninges collectif, à la croisée des allées

Le Festival des Jeux à Cannes, c’est aussi le salon où l’on croise… les mots avec Jean Rossat : étonnant verbicruciste voyageur, venu tout droit (ou presque) par la route Napoléon, en provenance de Haute-Savoie. Et où l’on se fait plaisir comme, une fois encore, lors de cette édition 2018 de la plus grande manifestation ludique internationale qui soit.

Sur le stand 03.16 du secteur 1 des « Jeux traditionnels », où l’effet de synergie est bien réel et bénéfique, les cruciverbistes ont participé avec l’auteur aux séances (quasi-) permanentes de résolution collective des grilles de 600 cases (un problème par jour) et 100 cases (à volonté) issues de son répertoire. Tous ensemble, ils ont ainsi fait une belle démonstration de tous les concepts présentés, par le texte et l’image, sur les roll-up dressés aux angles de l’aire de jeu et de détente.

L’impression a été forte sur le grand public, mais aussi sur les professionnels à l’affût d’animations spectaculaires et vivantes. C’est là le bon côté, moins apparent, de ce genre de rendez-vous : les contacts institutionnels ou les échanges de cartes de visite qu’il permet, prometteurs de commandes pour l’artiste…

Outre les jeux en live, les adeptes ont pu acquérir des ouvrages dédicacés de J.R ou encore participé à un concours très classique : une grille d’actualité de 10 x 10 à résoudre sur le papier durant le festival, avec de jolies récompenses Eskimos à la clef. Bien joué !

 




Cannes 2017 : une nouvelle belle édition

cannes-web-04

Un public de tous âges a participé à la résolution des grilles de 600 cases

« La vie en mots croisés » : le tout nouveau – tout beau petit livre rouge de Jean Rossat, a été l’une des attractions du stand de l’auteur d’Eskimos  au Festival international des Jeux, du 24 au 26 février 2017 à Cannes. Le tome 1 de la collection (rassemblant des grilles sous les titres « Ma Petite entreprise », « Bienvenue aux clubs » et « La vie de chien » ), tout frais sorti de presse, a particulièrement fait impression.

Attendu au tournant dans le quartier des jeux traditionnels au Palais des festivals, l’animateur des rencontres pour les cruciverbistes francophones n’a pas déçu. Le public azuréen (qui n’est plus un bleu en la matière) a été nombreux à se prendre au jeu de la résolution collective des grilles de 600 et 100 cases, spectaculairement dressées sur son chemin ; ne laissant que peu de répit et repos au verbicruciste-artiste.

Quant à Jean-Claude Gouy, compétiteur familier des festivals, il a donné une remarquable démonstration de rapidité, résolvant en moins de dix minutes une des grilles conçues par J.R. autour du sujet : « Quel remue-méninges ! »

Les jeux de l’esprit n’occupent pas spécialement le haut de l’affiche de ce grand événement, organisé dans le temple du cinéma à Cannes. Mais les mots croisés, bon an mal an, ont une nouvelle fois bien joué leur rôle et fait plus que de la figuration.

 

 




30 ans : ça se fête… ensemble !

CANNES-report-03

Cruciverbistes de toutes générations se sont amusés sur le stand des mots-croisés.

Le Festival des jeux de Cannes a fêté ses 30 ans lors de son édition 2016. Les exquis mots croisés publics aussi ! C’est ainsi que j’ai conçu ma présence au sein de la plus grande manifestation ludique internationale, histoire de rappeler que l’on joue à croiser les mots autrement (sur le fond comme sur la forme) et ceci depuis fort longtemps : depuis une certaine semaine de septembre 1986.

Dans le secteur des jeux traditionnels (mais oui!) du niveau -1 du palais des festivals, les dizaines de milliers de visiteurs de la Croisette ont ainsi pu lire, parfois photographier,  les roll-up de présentation de l’histoire, des concepts et du métier de J.R.. Jeunes ou moins jeunes, néophytes ou avertis, ils ont pu aussi jouer, beaucoup jouer, ensemble autour des grilles de 600 cases et de 100 cases.

J’ai cru comprendre qu’en général qu’ils ont aimé le style des grilles et cette façon moderne (et méritant d’être connue) de les résoudre : sans être forcément experts, mais toujours en faisant ami-ami.

Comme un poisson dans l’eau de la Méditerranée, je me suis à nouveau azurément bien plu dans ce rôle d’auteur-compositeur-interprète de mes compositions. Tantôt épuisant, tantôt énergisant. Je suis revenu avec la conviction d’avoir réussi un bel essai. Et l’espoir très ferme de le transformer, même si ce n’est pas le plus facile.

Jean Rossat

L’album

CANNES-report--04

CANNES-report-01 CANNES-report-02 CANNES-report-05 CANNES-report-07 CANNES-report-08 CANNES-report-09